Musique

L’épopée des Enfoirés épisode 2

restos_du_coeur_logo-svg

Me revoici pour la suite de notre aventure. Le concert des Enfoirés.

Le jour J est enfin arrivé. Direction Toulouse.

11h, arrivée au Zénith, il y a beaucoup de monde devant nous déjà. Une longue attente commence dans la joie et la bonne humeur. D’ailleurs nous en avons un stock inépuisable avec nous.

16237722_1208481135933496_1757752877_n

La première étape de l’attente fut les retrouvailles avec nos amis de Mont de Marsan, on bavarde, on se donne les nouvelles. Autour de nous la plupart des gens sont assis et tuent le temps comme ils peuvent, nous nous asseyons aussi. L’heure du repas finit par arriver, nous décidons donc de manger (CQFD). Enfin manger c’est un grand mot. Nous commençons par les petits saucissons….. les fameux saucissons, ceux par lesquels un concert est réussi. On ouvre le premier paquet (je ne saurai plus dire combien de paquets il y avait en tout mais on en a eu jusque dans la fosse….) Revenons à nos saucissons, délicieux, tendres… quand une énorme question nous est apparue : « qu’est ce qui est mieux : un saucisson mou ou dur ? » Hum les avis étaient très partagés, nous avons alors téléphoné à différentes personnes pour avoir leurs avis… et là aussi les avis ont été très partagés. Nous les filles nous sommes d’accord sur un point : c’est que dur c’est mieux…. Bon on avait pas que ça à manger quand même, heureusement.

wp_20170121_12_50_34_pro

Alors que le temps continuait à défiler l-e-n-t-e-m-e-n-t, nous avons commencé à chantonner, non, non, pas celles que vous pensez, vu comment on était sur les saucissons on a naturellement glissé vers les chansons paillardes, hein, et oui…… (d’ailleurs un grand merci à Alexandra et la 3G pour nous avoir aidé à étoffer notre répertoire déjà bien grand ^^), merci à Lulu pour son concert de « Dominique….. », sans oublier la fameuse 4L de Jacky…… 🙂

Vers 15h, certains bus des Enfoirés commencent à arriver. C’est là que les choses sont devenues le foutoir le plus what the fuck de la terre, tout le monde se précipitait vers le grillage pour apercevoir un bout de leur « star » favorite, les gens sont fous, si si je vous le dis…. ils sont fous. Ce n’était qu’un bus lol. Une fois ce va et vient commencé, il ne s’arrêta plus et ce fut ainsi à chaque bus jusqu’au bus fatal qui provoqua la ruée infernale (on peut le dire comme ça), les derniers arrivés se retrouvèrent les premiers vu qu’aucune barrière n’avaient été prévue pour éviter cela (gg l’orga /slowclap). Le plus choquant pour moi fut de voir que des gens ont été jusqu’à jeter à terre de la nourriture, en quantité, jeter de la bouffe au concert des Enfoirés, narmol. Où et la conscience des gens ? Fous vous dis-je.

wp_20170121_21_47_51_pro

17h45, on s’installe dans la fosse, on est plutôt pas trop mal placé malgré les déboires devant les grilles, et on attend, encore, et toujours…..

On a fait le plein de bouteilles d’eau, mangé, bref on est prêt. Ça fait putain de six heures qu’on est prêt.

19h45, projection d’une vidéo hommage aux restos et aux Enfoirés à travers le temps, on peut y voir Fredericks ; oui ça fait un bout de temps qu’on a toujours faim et froid…

Tout au long du concert l’absence de Jean-Jacques Goldman se fait sentir, il manque son savoir faire.

Le plus aberrant quand même fut la promotion du cd de Patrick Bruel lors d’un sketch….. On est où ? Au concert des Enfoirés ou dans une tournée promotionnelle de Monsieur BRUEL ? Ce genre de choses ne serait jamais arrivé, avant. Ce n’est qu’un détail me direz-vous, oui, un détail emmerdant.

Les artistes ont défilé au rythme de 17 tableaux, on a pu (ou j’ai pu en tous cas) remarquer Nolwen toujours aussi superbe, et fière d’être là ; tour à tour, ils se sont succédé tel un ballet d’opéra pour le plus grand bonheur de tous malgré les soucis de texte, prompteur et autres, autant de petits accrocs impensables. Il faut noter aussi la présence de la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot qui apporte de la légèreté à ce spectacle sommes toutes un peu lourd.

wp_20170121_21_50_57_pro

Pour moi le moment le plus magique, le plus beau, sera l’hommage de Jones à son ami Goldman. Un instant où on est était en totale communion avec lui. Merci à lui d’avoir sauvé le déroulé un peu pathétique prévu initialement.

 

Au final, nous avons passé une bonne soirée en famille et entre amis (oui, même toi qui te reconnaitras) mais nous sommes cependant déçu de ce premier essai sans Jean-Jacques. Espérons qu’ils fassent mieux l’année prochaine mais surtout que ce soit bien pour les Enfoirés, pour les restos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s